Près de mille turbines prévues en Auvergne d’ici 3 ans. Voici pourquoi et comment les arrêter…

<< FLASH INFO ANDELAROCHE : contestation de l’autorisation donnée au promoteur d’Andelaroche (Pays de Lapalisse), manifestez votre intérêt avant le 24 Août 2018  >>

En 2012, un projet de 6 turbines gigantesques a été présenté à la municipalité de Vaumas en Val de Besbre – pour aider à financer le budget de la commune en perte de vitesse. Peu à peu, les défauts de cette machinerie, soigneusement dissimulés dans la présentation esthétique des promoteurs, sont apparus aux riverains des communes voisines (Thionne, Mercy, Chapeau, Saint Voir, Jaligny-sur-Besbre) qui se renseignaient plus sérieusement. Entretemps, de nombreux autres projets sont soumis aux élus de tout le département. Il ne s’agit pas d’entreprises normales, ni de création d’emploi. Les éoliennes sont des turbines robotisées. C’est le public qui doit financer leurs promoteurs durant 15 ou 20 ans, s’obligeant à leur payer chaque fois une ou deux dizaines de millions – par l’effet d’une taxe supplémentaire. Ces subventions complètement disproportionnées, sont sans rapport avec les rétrocommissions alléchantes versées aux municipalités. Surtout dans l’Allier, ces projets ne remplissent que marginalement l’objectif officiel d’assainissement de la situation énergétique ou climatique du pays.

Cependant en 2018, on estime qu’il est encore prévu d’installer plus de 240 turbines pour l’Allier en général (40 projets dont les promoteurs se présentent isolément aux municipalités et prétendent ignorer tout de leurs concurrents – en particulier ignorer que les éoliennes de Laprugne en Montagne Bourbonnaise tournent uniquement à … 16 % de leur capacité sur une année)

Malgré l’absence notoire de vent, ces projets sont alimentés par la perspective des fantastiques subventions promises par le gouvernement. Les profiteurs sont en petit nombre mais ils accourent principalement de l’étranger à cause de l’octroi de ces largesses validées par les préfectures. C’est pourtant au mépris complet des besoins des entreprises locales et c’est une menace sérieuse pour l’avenir de la région toute entière, son patrimoine, ses habitants. Ceux qui pensent en profiter aujourd’hui et leurs enfants particulièrement, en seront donc pour leurs frais.

Le Conseil Départemental de l’Allier présidé par M. Riboulet, à l’instar de plusieurs autres Conseils, a lui-même finalement transmis une motion au gouvernement en juin 2018 pour essayer d’enrayer le pillage de sa population… En l’absence de volonté gouvernementale de défendre l’intérêt des régions, la situation reste critique.

REJOIGNEZ-NOUS ! Nous avons besoin de votre soutien nombreux. Sans association représentative locale, l’instruction des études d’impact a peu de chances d’être remise en question valablement en préfecture. Selon vos moyens, songez à souscrire comme adhérent ou comme sympathisant.

 

Il existe des moyens pour s’opposer « démocratiquement », mais ils sont souvent hors de portée des individus isolés. Au niveau individuel, le meilleur moyen d’empêcher cette spoliation du pays est de relayer l’information sur la dévaluation immobilière réelle qui arrive et de refuser en conséquence les propositions de baux à usage des promoteurs.

Retrouvez les actualités locales touchant l’industrie éolienne et des articles de fond pour soutenir vos démarches.


Nos actions associatives comprennent entre autres

1) le fait d’alerter le public des nuisances durables susceptibles de le
toucher collectivement ou individuellement, à cause d’un projet
industriel

2) le fait de s’opposer en particulier à la dévalorisation du tissu
environnemental local, naturel, patrimonial, ou humain

3) le fait de s’opposer en particulier aux implantations industrielles
largement délocalisées, tels les parcs à turbines éoliennes géantes

4) le fait de chercher à prévoir et déterminer les conflits d’intérêts privés ou publics à l’origine des nuisances, pollutions et dévalorisations publiques

5) le fait de proposer des pistes et alternatives éventuelles au-delà des simples compensations financières, permettant d’adoucir localement l’impact de ces nuisances

 

 

Publicités